Comment être une bonne AESH ?

Comment être une bonne AESH ?

Les enseignants et l’AESH n’attendent que de bien travailler ensemble. Mais les modalités de leur collaboration restent souvent floues et problématiques. La bonne volonté ne manque pas ; mais ils sont probablement trop livrés à eux-mêmes lorsqu’ils doivent travailler ensemble.

Les enseignants, qui sont plus habitués à travailler seuls, voient arriver AESH dans leur classe dont ils ne connaissent pas très bien les missions ; AESH, en revanche, sont loin de savoir exactement ce que l’on attend d’eux. Une véritable collaboration suppose tout d’abord que nous nous mettions d’accord sur les objectifs que nous partageons et, deuxièmement, que chacun ait une idée suffisamment claire de ses missions et de ses compétences et de celles de son partenaire.

Lire également : Qui a le droit à une auxiliaire de vie ?

L’AESH doit être bien accueilli et bien intégré à l’école

Le ministère, conscient des problèmes, a jugé nécessaire d’insister sur la nécessité d’un bon accueil de l’AESH dans l’école et d’en rappeler certains aspects. Elle fait partie des objets de la circulaire 2019-090 du 5 juin 2019.

Le la règle de base est que « l’AESH est membre à part entière de la communauté éducative au sein des écoles et des institutions ». Ils ont besoin d’être reconnus et de se sentir reconnus comme tels. Ils sont les bienvenus, parce que nous en avons besoin.

A découvrir également : 2800 brut en net : calculer son salaire en net mensuel (cadre et non cadre)

Le ministère recommande en particulier que l’AESH soit présenté à l’équipe éducative et qu’avant le début du soutien, le directeur de l’école ou le chef de l’école organise une rencontre entre l’AESH, un représentant de l’équipe éducative, l’élève concerné et sa famille. La circulaire nous rappelle que l’AESH participe à des entretiens utiles pour le soutien. Il s’agit notamment de réunions d’équipes éducatives et d’ESS (Education Monitoring Teams).

Ces dispositions devraient probablement aller de soi, mais si elles doivent être prescrites, c’est le signe que l’on n’accorde pas toujours suffisamment d’attention à donner à l’AESH leur place.

L’AESH attend beaucoup des enseignants

L’AESH est heureuse d’échanger sur Facebook, et ces échanges sont leurs questions sont très importantes. Une question récurrente est de savoir ce qu’ils sont en droit d’attendre des enseignants et comment ils devraient être guidés par eux.

Verbatim :

Au début de mon premier travail, j’ai dit à l’enseignant : « Allez-vous me guider ? Réponse : «… euh… non. »

Je m’occupe d’un enfant autiste à la maternelle. L’enseignante m’a reproché de ne pas lui avoir fait faire assez d’activités. Elle me laisse me débrouiller seule, l’enfant se fatigue rapidement et j’ai beaucoup de mal à le concentrer. Ma question : ai-je raison de dire que c’est à l’enseignant de prédire ce qu’il va faire en classe ?

Avec un petit garçon autiste. Le professeur ne m’a rien demandé, ne m’a rien reproché. Mais en gros, j’étais la maîtresse de l’enfant.

Je travaille au collège et la majorité des professeurs ont tendance à oublier que c’est un étudiant à part entière, ils pensent que c’est à nous de s’en occuper de A à Z et de prendre des initiatives.

En résumé, l’AESH attend beaucoup des professeurs et sont souvent déçus. Trop souvent, les enseignants leur délèguent une partie du travail pédagogique destiné aux élèves handicapés dont ils sont responsables.

Les enseignants ont une responsabilité pédagogique à l’égard de l’AESH

Sur le plan administratif, en ce qui concerne l’organisation de son travail, l’AESH est placée sous l’autorité du chef d’établissement ou du chef de l’établissement. Sur le plan pédagogique, il est placé sous la responsabilité du professeur de l’élève avec lequel il travaille.

L’AESH « se voit confier des missions d’aide aux étudiants en situation de handicap. Ainsi, sous la supervision des enseignants , ils ont pour but de promouvoir l’autonomie de l’élève, sans le remplacer, sauf en cas de nécessité. » (Circulaire n°2017-084 du 3-5-2017 relative aux missions et activités de l’AESH).

C’est logique, l’enseignant est le garant du partenariat puisque l’étudiant est placé sous sa responsabilité pédagogique. C’est lui qui contrôle le travail de l’étudiant et qui peut voir avec AESH quelle aide lui apporter. Pourtant, il a besoin de connaître les missions de l’AESH…

Des outils pour une bonne collaboration entre les enseignants et l’AESH

L’enseignant et l’AESH devront se mettre d’accord sur les activités de ce dernier et les définir ensemble. Le projet de soutien s’articule autour des besoins éducatifs spécifiques de l’étudiant. Il faut donc considérer d’une part les missions de l’AESH, telles qu’elles sont fixées par les textes, et d’autre part les besoins de l’étudiant. Comment l’AESH doit-elle intervenir auprès d’un tel enfant, dans cette classe, dans telle ou telle situation ?

Le premier document auquel il sera donc fait référence sera la liste des « activités du personnel chargé de l’appui », qui figure dans la circulaire précitée du 3 mai 2017, et qui présente ces activités classées en trois catégories principales :

  • Soutenir les étudiants dans les actes de la vie quotidienne
  • Aider les élèves à accéder aux activités d’apprentissage (éducatif, culturel, sportif, artistique ou professionnel)
  • Soutenir les étudiants dans les activités de la vie sociale et relationnelle.

Il s’agira ensuite de sélectionner parmi ces activités celles qui correspondent aux besoins de l’étudiant en considérant les modalités d’accessibilité à l’environnement au sens large et à l’apprentissage en particulier.

Le problème est alors d’identifier et d’évaluer ces besoins. L’enseignant et l’AESH s’appuient sur leurs observations et sur les connaissances qu’ils ont de l’élève s’ils ont déjà travaillé avec lui. Mais ces besoins et la nature des interventions de l’AESH ont sans aucun doute été mentionnés dans le PPS, quoique de manière plus ou moins sommaire.

Par conséquent, le SDP est l’autre document que l’on devrait consulter . Comme nous le savons, les données du PPS sont complétées lors des réunions de l’ESS (Education Monitoring Teams), dont les conclusions sont consignées dans le GEVASCO. Ces réunions de l’ESS sont l’un des lieux où précisément, nous pouvons discuter du rôle et des activités de l’AESH. Ils sont souvent enrichissants, mais arrivent parfois un peu tard.

C’est ainsi que nous précisons le rôle de l’AESH auprès d’un étudiant. Le projet de soutien ainsi mis en place ne sera jamais gelé, il sera constamment adapté en fonction de l’évolution de la situation. Il peut également être enrichi par une meilleure connaissance des difficultés liées au handicap et des possibilités de les atténuer. L’AESH pourra également trouver des documents utiles pour leur profession sur Internet, en particulier sur les sites des Inspections académiques (DSDEN).

Travailler ensemble demande également du temps pour les échanges

Trop souvent, les enseignants ignorent les textes. Les connaître leur permet de dire plus facilement à AESH ce qu’ils doivent ou ne doivent pas faire. Trop de tâches sont déléguées à des missions de l’AESH qui ne leur appartiennent pas, comme la prise de notes ou le rangement des affaires de l’étudiant. Aider l’étudiant ne signifie pas faire le travail à sa place. De même, d’ailleurs, au lieu de l’enseignant. C’est ce dernier, par exemple, qui doit adapter le travail qu’il demande à l’étudiant handicapé et non l’AESH.

En ce qui concerne le temps d’échange, essentiel, rappelez-vous qu’un AESH effectue son travail d’accompagnateur 36 semaines par an, tout en étant rémunéré sur la base de 41 semaines. Il y a donc un « reste » qui représente environ 100 heures pour un AESH embauché à 50%. Le ministère considère que ce temps est utilisable pour des activités complémentaires : temps de formation personnelle et de préparation au travail, accompagnement des élèves lors des sorties, participation à des réunions, temps d’échanges avec les parents et les enseignants.

Écrit à partir des commentaires recueillis auprès de Barbara Nivet, conseillère pédagogique de l’ASH (17).