Zoom sur l’aidant salarié

Zoom sur l’aidant salarié

Quand il faut apporter assistance à un proche en perte d’autonomie ou en situation de handicap ou encore un sénior, vous êtes contraint de limiter votre activité professionnelle afin de pouvoir demeurer à domicile et d’assister votre proche à plein temps pour les gestes de la vie quotidienne. Est-il possible de devenir aidant salarié ? Quelles démarches à suivre?

Aidant familial salarié : le statut

Est-il possible de se faire admettre comme aidant familial salarié? En réalité, il n’y a pas encore de statut d’aidant familial salarié. Alors, qu’est ce qu’un aidant salarié ? Du point de vue de la loi, les aidants familiaux sont comme des salariés qui exercent un travail auprès d’un particulier employeur. Ce dernier doit être un ayant droit d’aides particulières dont l’allocation pour enfant handicapé, l’allocation personnalisée d’autonomie ou APA ou encore le PCH ou prestation de compensation du handicap.

A lire en complément : Quand mettre une pierre tombale ?

Les prestations sociales que perçoit la personne handicapée ou en perte d’autonomie lui donnent droit à des déductions fiscales équivalant à la moitié des sommes versées, à condition de ne pas dépasser un certain plafond.

A lire aussi : Les meilleurs conseils pour organiser des voyages et des vacances inoubliables pour les seniors

Les conditions pour devenir aidant salarié

Vous vous demandez ce que vous pouvez faire pour devenir aidant salarié auprès d’un proche dépendant ? Vous pouvez le devenir en remplissant des conditions strictes. Les conjoints, époux, partenaires de PACS et concubins ne disposent pas de la possibilité d’être considéré comme aidant salarié. En effet, selon la loi, les conjoints, qu’ils soient ou non mariés, sont tenus de s’aider mutuellement. De ce fait, la question d’une rémunération n’a pas lieu d’être.

Les autres membres de la famille, notamment les sœurs, frères, neveux, nièces, enfants, peuvent bénéficier du statut d’aidant familial salarié. Néanmoins, il est nécessaire de rédiger un contrat de travail et de procéder à une déclaration auprès des services sociaux pour que la situation professionnelle de l’aidant soit reconnue auprès des organismes fiscaux et sociaux. C’est également le cas pour les parents d’enfants en situation de handicap.

Les aidants salariés peuvent jouir d’un congé de travail d’une durée maximale de 1 an. Ce congé est non rémunéré par l’employeur et peut être fractionné. Cependant, il est nécessaire que l’aidant

Les démarches à suivre pour devenir aidant salarié

Afin de devenir légalement aidant salarié, il est nécessaire de remplir des obligations. La première chose à faire est d’abord de procéder à l’inscription de votre proche dépendant auprès de l’URSSAF. Vous pouvez procéder à cette inscription en ligne sur le site du chèque emploi service universel ou CESU. Suite à cette inscription, votre proche dépendant reçoit de la part de l’URSSAF son numéro d’immatriculation, ses identifiants et mot de passe. Ces informations lui seront utiles pour les déclarations mensuelles.

Dès lors que votre proche reçoit son numéro d’immatriculation et ses identifiants, vous pouvez procéder à votre déclaration en tant qu’aidant familial salarié. Cette déclaration peut également être faite sur le site du CESU ou chèque emploi service universel et correspond à votre déclaration d’embauche.

Lorsque vous avez réalisé les démarches pour devenir légalement aidant salarié, le particulier employeur doit procéder à la déclaration mensuelle à la fin de chaque mois sur le site du CESU. Cette déclaration comporte le nombre d’heures que vous avez effectuées ainsi que le salaire horaire net. Les charges patronales et salariales que l’URSSAF prélève sur le compte du particulier employeur sont ajoutées à ce salaire.

Est-il possible de cumuler le salaire d’un aidant salarié avec le RSA ?

Vous vous demandez s’il est possible d’associer votre salaire en tant qu’aidant familial salarié avec le RSA? En effet, c’est possible. Les revenus que vous percevez en tant qu’aidant salarié sont considérés dans le calcul du montant du RSA, ce qui contribue à réduire ce dernier. Dans le cas où vous percevez des revenus en tant qu’aidant salarié auprès de votre enfant en situation de handicap, vos salaires ne seront pas considérés dans le calcul du RSA.

Les salaires que vous percevez de la part d’un particulier employeur sénior ou personne âgée dépendante ou une personne adulte en situation de handicap, par contre, sont pris en compte dans le calcul du RSA. Ces salaires sont également considérés par les impôts dans le calcul de votre impôt sur le revenu.

Les avantages et les inconvénients du statut d’aidant salarié

Le statut d’aidant salarié comporte des avantages mais aussi quelques inconvénients. L’un des avantages majeurs de ce statut est la possibilité pour l’aidant familial de percevoir un revenu régulier en échange du service rendu à son proche dépendant. Ce revenu peut aider à soulager les difficultés financières rencontrées par certains aidants et leur permettre d’améliorer leur qualité de vie.

Le fait de travailler comme aidant salarié peut favoriser l’intégration sociale et professionnelle des personnes concernées dans la mesure où cela leur permet de s’épanouir dans une activité rémunérée tout en continuant d’aider un membre de leur famille ou une personne dont ils sont proches.

Vous devez être une personne physique ou morale pour être aidant salarié. Les tâches peuvent être très exigeantes et chronophages, ce qui implique souvent un temps partiel voire même un temps complet si plusieurs personnes sont prises en charge.

Étant donné que le travail se réalise généralement au domicile des bénéficiaires (personnes âgées ou handicapées), les conditions matérielles ne seront pas forcément optimales : lieu mal adapté à l’accueil du public (pas suffisamment spacieux), présence d’un environnement peu propice au bien-être du travailleur (bruits, odeurs, etc.). Il faut souligner que travailler en tant qu’aidant familial salarié peut être une activité très intense physiquement et psychologiquement parlant. Le rythme de travail est souvent soutenu et les tâches sont exigeantes.

Les formations disponibles pour les aidants salariés

En tant qu’aidant salarié, vous avez la possibilité de suivre des formations pour mieux accompagner les personnes dépendantes. Les organismes de formation proposent divers programmes pour renforcer vos compétences. Ces formations sont souvent prises en charge par l’employeur, dans le cadre du plan de formation.

Les formations disponibles peuvent porter sur différentes thématiques telles que la santé et la sécurité au travail, l’aide à domicile, la gestion des comportements difficiles, ou encore la mise en place d’un projet professionnel solide et durable.

Vous pouvez aussi bénéficier d’une formation spécifique si vous êtes confronté à une situation particulière comme celle d’un patient atteint d’Alzheimer ou encore celui souffrant de troubles psychiatriques. Cela peut s’avérer très utile pour mieux comprendre leur comportement et adapter votre accompagnement en conséquence. Certains organismes mettent aussi à disposition des outils pratiques tels que des guides méthodologiques ou tout autre document informatif qui pourrait aider l’aidant salarié dans son quotidien.

Il est recommandé aux aidants salariés de se renseigner auprès de leurs employeurs quant aux formations proposées mais aussi aux conditions d’accès afin qu’ils puissent améliorer leur pratique professionnelle conformément aux évolutions constantes du métier.

Les différentes missions de l’aidant salarié

L’aidant salarié est un professionnel qui accompagne les personnes en situation de dépendance physique ou psychique. Il peut intervenir à domicile, dans des établissements médicaux, sociaux et médico-sociaux.

Son rôle principal consiste à assister, soutenir, surveiller et aider la personne aidée pour réaliser les activités quotidiennes liées à l’hygiène, la nutrition, le bien-être psychologique ou encore la communication avec son entourage.

L’aide apportée par l’aidant salarié n’est pas purement technique. Effectivement, il doit être capable d’établir une relation de confiance avec son patient afin de lui offrir un accompagnement personnalisé. L’aspect humain joue donc un grand rôle dans sa pratique professionnelle.

  • Aider la personne âgée ou en situation de handicap au quotidien : aide aux repas, toilette corporelle et intime… ;
  • Réalisation des courses nécessaires pour assurer le confort du patient ;
  • Favoriser l’autonomie du patient tout en garantissant sa sécurité ;
  • Maintenir une bonne hygiène (nettoyage régulier du logement) ainsi qu’un environnement sain pour prévenir des accidents domestiques ;
  • Gérer les médicaments prescrits par le médecin traitant selon ses consignes ;
  • Promouvoir une relation de confiance et d’écoute envers le patient et ses proches, afin qu’ils puissent se sentir écoutés ;
  • Assurer l’épanouissement des patients par divers moyens : sorties extérieures, activités ludiques…

Pour remplir ces missions avec succès, vous devez avoir des compétences professionnelles telles que la psychologie du vieillissement ou encore les gestes techniques de soins courants. Cette capacité à s’adapter aux différents besoins des personnes prises en charge est indispensable pour assurer une qualité optimale de service.

Les droits et les obligations de l’aidant salarié en entreprise

En tant qu’aidant salarié, vous avez des droits et des obligations en entreprise. Votre employeur a aussi un rôle à jouer dans votre accompagnement. Voici les principaux points à connaître sur ce sujet.

Sachez que l’employeur est tenu de respecter vos droits. Il doit mettre en place des dispositifs pour faciliter votre travail : aménagement du temps de travail, mise à disposition d’équipements spécifiques ou encore organisation du plan de charge.

Lorsque vous êtes appelé à remplir une mission auprès d’une personne dépendante, vous devez informer préalablement votre employeur afin qu’il puisse prendre les dispositions nécessaires. Vous pouvez aussi faire valoir le droit au congé pour aidant familial, qui permet de bénéficier d’un arrêt temporaire pour dispenser des soins auprès d’un proche malade ou handicapé.

Vous devez souligner que l’aidant salarié dispose d’une protection légale contre la discrimination professionnelle. Effectivement, il ne peut être pénalisé ou licencié en raison de sa qualité d’aidant familial.

Pour garantir une bonne entente entre les différentes parties prenantes (l’employeur, l’aidant salarié et le patient), il est recommandé de signer un pacte tripartite. Cela permettra aux trois acteurs concernés par cette situation particulière (l’employeur, l’aidant et la personne accompagnée) de formaliser leurs engagements respectifs et de clarifier les responsabilités de chacun.

Il est à noter que l’aidant salarié peut bénéficier d’un accompagnement individuel. Des services spécialisés sont disponibles pour vous aider à gérer votre charge mentale ou encore pour vous soutenir dans vos missions. N’hésitez pas à en parler avec votre employeur ou le conseiller social de votre entreprise.

Être aidant salarié ne signifie pas faire face seul aux défis rencontrés au quotidien. L’entreprise a un rôle clé à jouer pour permettre aux professionnels concernés d’exercer leur métier dans les meilleures conditions possibles.